Mondial de handball. Michaël Guigou : «Les joueurs de Slovénie sont malins»

25 janvier 2017 - 23:54

Photo : L'ailier français Michael Guigou contre l'Islande en 8e de finale du Mondial. (AFP/Philippe HUGUEN)

 

Retransmission

FRANCE - SLOVENIE

Jeudi 26 Janvier à 21h00

au siège du Pays d'Apt Handball.

 

Alors que le France affronte ce jeudi soir la Slovénie lors des demi-finales du Mondial de handball à l’AccordHotels Arena à Paris, Michaël Guigou ne cache pas la seule ambition des Bleus : l’or mondial.

 

Dans quel état d'esprit est l'équipe avant d'aborder ces demi-finales ?
Comme à chaque compétition, on a tous envie d'aller le plus loin possible. Avec un match tous les deux jours, on n'a pas le temps de perdre le rythme, ce qui est super important. Toute l'équipe est en communion, on va au combat tous ensemble. C'est d'ailleurs le seul moyen de gagner une grande compétition. On est ici pour le titre. Pour ma part, c'est très spécial. En 2001, j'étais dans ces mêmes tribunes (NDLR, lors du titre mondial à domicile à Bercy, déjà) ! Je ne pensais pas, qu'un jour, le Mondial serait à nouveau organisé en France, et encore moins avec moi sur le terrain ! C'est une très grande fierté. Je repense souvent à tout ce que j'ai vécu depuis ces 16 ans.

 

Vous avez passé beaucoup de temps sur le banc lors du quart de finale victorieux face à la Suède mardi (33-30). Etait-ce un choix du staff, aviez-vous les jambes lourdes ?
C'était un choix du staff. Comme j'ai joué quasiment une heure en huitièmes en donnant beaucoup sur le terrain, c'est normal d’avoir été un peu préservé. De toute manière, on a la chance d'avoir beaucoup de joueurs de talents dans l'équipe, ce qui nous permet d'utiliser tout le monde tout en se préservant. Ce serait dommage de ne pas utiliser toutes nos armes !

 

 

Êtes-vous surpris par les très bonnes performances des jeunes de l’équipe de France ?
Pas du tout. Ce sont les grands matches qui permettent aux joueurs de rentrer dans une autre dimension, et c'est ce qu'il se passe. On a l'exemple de Ludovic Fabregas qui évolue avec moi à Montpellier. Il a été amené à prendre ses responsabilités à cause de la blessure de Luka (Karabatic), et l'a très bien fait ! Ce qu'ils vivent, ce n'est pas non plus nouveau pour eux, avec les équipes de jeunes et les centres de formation ils ont de plus en plus l'habitude des matches à fort enjeu. Leur talent mêlé à leur maturité fait qu'ils explosent rapidement.

 

Qu'avez-vous pensé du quart contre la Suède ?
Ca a été très difficile contre la Suède. On s'est mis en difficulté avec beaucoup d'occasions ratées pour tuer le match. Après, les Suédois ont peut-être eu un peu de mal physiquement sur la fin, alors que grâce à notre expérience et nos rotations on a été capable de prendre l'avantage. Il faut qu'on soit encore plus fort car les équipes qui sont encore là laisseront de moins en moins de marge. A nous de reproduire la même chose contre la Slovénie.

 

La Slovénie est une équipe très expérimentée, les joueurs sont malins

 

La Slovénie, est-ce un niveau au-dessus ?
C'est différent. La Slovénie est une équipe très expérimentée. Les joueurs sont malins, ils ont de gros gabarits en défense, le gardien est très bon depuis le début de la compétition... Rien n'est fait !

 

Que s’est-il passé dans le vestiaire à la fin du quart de finale ?
J'ai appelé ma femme (rire). Ma famille était dans les tribunes mardi à Lille, ce qui était très sympa. C'est toujours spécial ! J'ai pu voir mes parents, ma soeur, et des amis à la fin du match. Mon père est agriculteur et ne sort pas souvent de sa campagne, c'est un énorme plaisir. Je suis heureux pour lui et pour tous les supporterus que l'aventure continue ! Après, tout le monde savoure après le coup de sifflet final mais le but est de remporter la compétition, donc on se remet très vite dans notre bulle.

 

L'élimination prématurée des autres favoris vous laisse-t-elle un boulevard ?
Ce serait manquer de respect de dire que l'élimination de l'Allemagne et du Danemark nous facilite l'accès au titre. S'ils n'y sont pas c'est qu'ils ont été battus par plus fort qu'eux. Les équipes qui restent ont toutes beaucoup de talent. D'autant plus que les équipe un peu moins favorites jouent parfois plus libérées, donc mieux. Après, on est venu pour aller chercher le titre, on ne le cache à personne. Mais notre humilité est très importante pour nous, elle fait partie de notre force. C'est ce que j'ai appris à Montpellier. Le hand reste un sport de contact et si tu n'es pas dedans à 100%, n'importe quel match peut se perdre. Et puis, la Slovénie a dominé le Qatar de 7 buts alors que l'Allemagne n'a pas réussi à les battre. On peut dire que sur ce Mondial, la Slovénie a été plus forte que l'Allemagne ! Alors pourquoi est-ce qu'ils ne pourraient pas aller jusqu'en finale ?

 

Mardi, avec 4,5 millions de téléspectateurs sur TMC, la deuxième mi-temps du match a établi un nouveau record d'audience sur la TNT...
​​​​​​​C'est génial ! Je voudrais remercier tous les gens qui nous suivent. J'espère qu'ils prennent du plaisir à suivre le handball. Je regrette qu'aujourd'hui, on ne soit pas capable de diffuser chaque grande compétition sportive se déroulant en France sur une chaîne gratuite. Les Français le méritent ! Quoi qu'il en soit, le public a été un grand artisan de la victoire à Lille. Ca aurait été bien plus difficile de revenir à la fin du match si on avait été à l'extérieur. On peut leur dire un grand merci !

 

http://www.leparisien.fr

 

Commentaires

Aucun événement

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 3 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 7 Joueurs
  • 12 Supporters